Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:16
Lady Oscar nous revient dans une édition époustoufflante !

France, au printemps 1770, l'archiduchesse Marie-Antoinette, fille de l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse de Habsbourg, se marie à 14 ans avec un Bourbon, le futur Louis XVI. La dauphine est protégée à tout instant par le capitaine de la garde royale, Oscar François de Jarjayes, qui n'est autre que la fille cadette d'une respectable famille de soldats. Un jour, alors que Marie-Antoinette se rend à un bal masqué à l'opéra, elle y fait la rencontre d'un gentilhomme suédois, Axel de Fersen et en tombe amoureuse. Ils ont tous les trois 18 ans leur rencontre va, à jamais, bouleverser le cours de leur existence.

Les points forts de la série:

Il y a près de 40 ans Riyoko Ikeda donnait naissance au manga qui a donné envie à des milliers d adolescents de se plonger dans l'histoire de la Révolution Française. Aujourd'hui encore, il est considéré comme le "manga pour jeunes filles" par excellence. Il marqua toute une génération, il bénéficia d'une popularité immédiate, et celle-ci est incroyablement stable depuis 30 ans. Pour beaucoup de Japonaises, le premier contact avec la France et sa culture se fit par l'intermédiaire du manga "Versailles no Bara". Il suffit, pour s'en convaincre, de se rendre au Château de Versailles et de poser simplement, aux visiteuses japonaises, la question suivante: "Connaissez-vous Oscar François de Jarjayes?". Vous aurez certainement droit à la réponse: "Oui, mais je préfère André.".
Certains Japonais vont même jusqu'à dire que les classes de cours de français ne seraient pas composées à 90% de jeunes filles, si Riyoko Ikeda n'avait pas écrit ce manga !

http://www.manga-news.com/public/images/vols/rose-de-versailles-edition-2011-1.jpg  

La Rose de Versailles Vol.1

France, au printemps 1770, l'archiduchesse Marie-Antoinette, fille de l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse de Habsbourg, se marie à 14 ans avec un Bourbon, le futur Louis XVI. La dauphine est protégée à tout instant par le capitaine de la garde royale, Oscar François de Jarjayes, qui n'est autre que la fille cadette d'une respectable famille de soldats. Un jour, alors que Marie-Antoinette se rend à un bal masqué à l'opéra, elle y fait la rencontre d'un gentilhomme suédois, Axel de Fersen et en tombe amoureuse. Ils ont tous les trois 18 ans leur rencontre va, à jamais, bouleverser le cours de leur existence.

Une réédition avec de nouvelles couvertures qui nous permet de constater que l'émotion est restée intacte: du romantisme, de la tragédie, une période de l'Histoire de France que le monde entier connaît...

 

http://www.manga-news.com/public/images/vols/rose-de-versailles-edition-2011-2.jpg

La Rose de Versailles Vol.2

Rien ne va plus pour le peuple de France!! Les jeux sont faits: le peuple meurt de faim et l'Etat court à la faillite. La foule gronde et un certain 14 juillet 1789 approche à grand pas. Dans cette période de chaos, André et Oscar parviendront-ils à s'avouer leur amour malgré tout?
http://ecatalog.dlpdomain.com/docs/albums/7602/9782505009511.jpg

La Rose de Versailles Vol.3

La Rose de Versailles 3, ce sont quatre petites histoires ayant pour fil rouge la jeune nièce d'Oscar, Loulou de la Rolancy :
 
- Loulou et la poupée qui l'accompagne: Loulou trouve, un jour, une très belle poupée mais on tente plusieurs fois de la lui dérober.
 
- Le fils du général de Jarjayes: Maurice, un jeune garçon, arrive un jour chez les Jarjayes et affirme être le fils du père d'Oscar à la grande surprise de celle-ci !
 
- Le pirate turc et la religieuse: La main coupée d'une femme serrant une bague sertie d'une émeraude est retrouvée dans une malle, sous un pont. Loulou mène l'enquête dans un couvent!
 
- L'élixir du Diable: Le tout-Paris parle d'un mystérieux élixir fabriqué par Ebella et qui soignerait bien des maux. Mais ce remède est-il vraiment miraculeux ?
Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:15

Générique Français

Générique Japonais d'Ouverture

Générique Japonais de Fin

Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:14
LADY OSCAR : Le Film Live

Lady Oscar

  • Titre original : Berusaiyu no bara
  • Réalisateur : Jacques Demy
  • Année : 1980
  • Pays : Japon / France / Royaume-Uni
  • Genre : Histoire à la moulinette (catégorie : Sentimental)
  • Durée : 2h04
  • Acteurs principaux : Catriona McColl, Barry Stokes, Terence Budd, Christine Böhm

Tous les grands cinéastes ont une bouse dans leur filmographie, ou du moins une œuvre en dessous de leur talent.Hitchcock termina sa carrière avec le gentillet « Complot de famille », le Marcel Carné de « Terrain Vague » ne valait pas – et de loin ! – celui des « Enfants du Paradis », Chaplin tira sa révérence avec « La Comtesse de Hong Kong ». A un moindre niveau, Dario Argento s’est magistralement cassé les dents sur « Le Fantôme de l’Opéra », et Bigas Luna a porté un très mauvais coup à sa carrière avec le fantabuleusement nanar « Bambola », chroniqué en ces lieux. Mais le cas de Jacques Demy, réalisateur célébré des « Parapluies de Cherbourg » et des « Demoiselles de Rochefort », est véritablement particulier. Sa filmographie compte en effet un nanar doublé d’un trou noir : « Lady Oscar », le film qui nous occupe ici, n’est en effet… jamais sorti en France, ce qui est pour le moins surprenant pour l’œuvre d’un grand cinéaste français ! A noter qu’un autre film de Demy, « Le Joueur de flûte de Hamelin », production britannique, subît le même sort. Mais si ce dernier film est paraît-il une réussite,la raison du sort de « Lady Oscar » saute aux yeux : il s’agit tout simplement du pire film jamais tourné par son auteur, un ratage d’une ampleur tout simplement cosmique qui dégoûterait de Demy le fan le plus acharné.



Ce film, dont l’action est située à la veille de la Révolution Française, a de surcroît la particularité d’être… japonais ! Hé oui,il s’agit bien du Lady Oscar qui fit les beaux jours de Récré A2, un film financé par des fonds japonais, destiné à un public japonais, et entièrement conforme à la vision kitsch de l’Histoire de France par les Nippons !



Pour qui ne connaîtrait pas cette œuvre, « La Rose de Versailles » (traduction littérale du titre original) est à l’origine une BD de Riyoko Ikeda, publiée dans les années 70, et qui donna lieu à une série d’animation en quarante épisodes. Pour résumer rapidement l’histoire, « Oscar » est la fille d’un noble français du XVIIIème siècle qui, frustré de ne pas avoir de fils, l’a élevée comme un homme en cachant le véritable sexe de son enfant. Devenue militaire, Oscar-Francoise de Jarjayes (c’est son nom complet) est attachée au service de la Reine Marie-Antoinette et prend peu à peu conscience de la révolte qui gronde en France, se débattant en parallèle avec son amour pour le bel André Grandier (rappelons qu’elle est censée être un homme). La petite histoire est emportée dans le tourbillon de la grande, envoyez les violons...


Catriona Mc Coll.


L’endive Barry Stokes.



Très appréciée des amateurs de manga, la série eut un grand succès au Japon, et plus tard en Europe, notamment en Italie et en France. Maisni la BD ni son adaptation animée n’étaient connues dans notre beau pays quand fut lancé le projet d’une version live de cette histoire. La présence à la mise en scène d’un grand cinéaste français comme Jacques Demy, maître du "kitsch-mais-pas-trop", devait sans nul doute assurer la "French touch" de cette production nippone réellement tournée à Versailles. Réalisé pour un public japonais, en langue anglaise (pour assurer l’exportation), avec des acteurs en majorité britanniques, le film avait-il une chance d’être un tant soit peu cohérent et crédible, et de conserver la patte de Jacques Demy ?



Des pauvresses qui meurent de faim tout en restant propres et des coiffures artistiquement défaites.


Révoloutchionne !



Patatras ! Force est de constater que Demy s’est magistralement ramassé dans le traitement de ce « Lady Oscar ». Son style habituel se fait horriblement kitsch et apprêté : les couleurs sont criardes, mauves, roses et bleus, et forment une véritable symphonie de mauvais goût. La mise en scène est lourdaude et sans grâce, la reconstitution historique sonne plus faux que dans une dramatique télé. 


Au coeur de l'histoire de France...



Si l'on peut concevoir dans le dessin animé que l'héroïne passe pour un homme, on n'y croit pas une seconde dans la version live tant l'actrice est parfaitement féminine, y compris dans son déguisement. Mais à la décharge de Demy, on reconnaîtra qu’il se trouvait face à un défi quasiment impossible : celui de donner une crédibilité à une vision de l’Histoire de France conçue par des auteurs étrangers et destinée à un public non francophone. Or,ce qui pouvait passer dans un dessin animé devient risible en trois dimensions tant l’Histoire de France, vue par les Japonais, sonne bidon et ridicule.



Si Versailles m'était conté... un peu mieux...



L’impression générale est que les auteurs n’avaient pour toute documentation sur l’Histoire de la Révolution française qu’un « Que sais-je ? » (enfin, l’équivalent japonais d’un Que sais-je ?) et le visionnage de deux ou trois films hollywoodiens. Les clichés et les erreurs historiques abondent : on a l’impression, en suivant la chronologie du récit, que le règne de Louis XVI n’a duré que deux ou trois ans, Robespierre apparaît trentenaire à une époque où il aurait eu à peine dix-huit ans, les Parisiens chantent après la prise de la Bastille « La Carmagnole des royalistes » (Monsieur Véto, Madame Véto...), chanson qui n’apparut qu’après 1792…On est là dans un pur n’importe quoi, qui causerait un choc à n’importe quel étudiant en première année d’Histoire.


Catriona Mc Coll, très crédible en "homme".



On ne nous épargne aucun poncif: Louis XVI abruti et cocu, Marie-Antoinette inconstante et évaporée, les nobles cruels et arrogants, le peuple affamé et exploité… Le summum est atteint avec la scène qui voit Marie-Antoinette se bécoter avec Axel de Fersen juste en dessous du balcon où Louis XVI baille aux corneilles ! Du pur Max Pécas, qu’on se désole de trouver sous la caméra de Demy.



Le Roi, il est cocu, le Roi il est cocuuuu-euuh !



L’aspect le plus intensément nanar du film tient néanmoins dans son interprétation. Le film est à voir absolument en VO (anglais) : les comédiens jouent tous si mal qu’une VF ne pourrait qu’améliorer leurs prestations (enfin je crois, car on peut difficilement faire pire) ! Aucun comédien réellement connu dans le casting : si Catriona McColl, dans le rôle de Lady Oscar, fait des efforts méritoires, Barry Stokes, dans le rôle du bel André, est tout simplement affligeant d’inexpressivité hagarde.


Le pire Robespierre de l’histoire du cinéma.



La palme revient à un certain Christopher Ellison, dans le bref rôle de Robespierre, qui réussit à être si mauvais qu’on ne se souvient plus que de lui !A noter également la présence, dans de petits rôles, de Georges Wilson (en général de la garde) et de son fils Lambert Wilson (en soldat) qui, sans doute pistonné par papa, tient ici un de ses premiers rôles. Patsy Kensit joue le rôle d'Oscar enfant.


Bon ben mon petit Lambert fera ce qu'il voudra, mais moi je vais pas m'en vanter de celui là...



Autre curiosité : la brève apparition de Martin Potter, le héros du « Satyricon » de Fellini, assez rigolo ici en noble libertin et partouzeur.Globalement, l’interprétation de « Lady Oscar » est l’une des pires qu’il m’ait jamais été donné de voir tant les comédiens jouent faux, se débattant avec des dialogues grotesques qui devaient sans doute correspondre, dans l’esprit des auteurs japonais, au parler précieux du XVIIIème siècle français. Tout le monde ou presque joue en prenant des poses d’opérette et en poussant des gloussements de dindons en chaleur que l’accent anglais de l’essentiel du casting achève de rendre ridicules. Le plus beau, pour un spectateur français, est encore d’entendre les Parisiens hurler en VO « The Bastille has been taken ! ». Délice du décalage culturel…







La Galloise Catriona McColl était une danseuse sans beaucoup d’expérience de comédienne (il faut bien dire que ça se voit, malgré ses efforts). La production voulait engager Dominique Sanda dans le rôle principal, mais le choix d’une actrice inconnue fût imposé par la firme japonaise de cosmétiques Shiseido, qui coproduisait le film. Shiseido désirait en effet lancer un nouveau visage, qui leur servirait en parallèle pour leur nouvelle campagne de pub, et Catriona McColl enchaîna en effet, après le tournage, avec son nouveau rôle d’égérie cosmétique. On la vit ensuite notamment dans des films de Lucio Fulci, comme « Frayeurs » ou « L’Au-delà ». Elle s’est occupé pendant un certain temps d'un gîte rural dans le sud de la France et joue encore à l’écran : on l’a notamment vue dans un rôle récurrent de « Plus belle la vie ».



Le film se vautre intégralement sur le terrain de la reconstitution historique, et ne réussit pas mieux dans le contexte sentimental: les tourments amoureux d’Oscar et André se perdent dans l’hébétude générale qui se saisit du spectateur devant le déluge de niaiserie du film.La bêtise de ce « Lady Oscar » est telle qu’on le suit tout d'abord avec un délicieux sentiment de flottement, puis avec une hilarité béate. Ils ne vont pas oser ? Si, ils osent ! Je me demande cependant si toute la teneur nanarde du film peut apparaître à un spectateur non-français. En effet, pour un nanardeur hexagonal, le « Lady Oscar » de Jacques Demy est ce que l’on peut faire de pire en matière à l’Histoire de notre beau pays. Destiné à un public qui n’a en général de notre culture qu’une vision superficielle, le film aurait pu bénéficier de l’apport d’un auteur français qui lui aurait apporté un minimum de crédibilité. Mais non, à se demander ce que Demy (qui co-signe l’adaptation) avait bu sur le tournage. Des clauses de son contrat lui interdisaient-elles de changer une virgule des niaiseries du script ?On comprend en tout cas que les distributeurs français ne se soient pas jetés sur l’objet, qui n’avait de toute manière pas remporté le succès escompté au Japon.On remerciera Arté de nous avoir jadis présenté la chose lors d’un de leurs réguliers accès de nanardise kitsch…



Mauvais mélo, mauvais film historique, déraillement tragique d’un cinéaste de talent, « Lady Oscar » n’en est pas moins à voir pour sa qualité de nanar de pointe, tant il est hilarant de mièvrerie, de bêtise, et même de vulgarité à force de violer l’Histoire sans vergogne. On accuse souvent les Américains d’avoir une vision faussée de la France : hé bien, quand ils s’y mettent, les Japonais font dix fois pire !On se prendrait presque à rêver d’une revanche inter-culturelle : Luc Besson produirait un film sur l’ère Meiji, embaucherait un réalisateur japonais connu (au hasard : Takeshi Kitano) pour le filmer, et le forcerait à tourner ensuite les pires conneries, ridiculisant à la fois un grand cinéaste nippon et l’Histoire du Japon ! Banzaï, ils ne l’emporteront pas au paradis !


Allez, être la star d'un gros nanar c'est pas la fin du monde...
Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:14
L’histoire se déroule quelques années avant la Révolution Française de 1789 et conte les aventures d’Oscar, une femme qui a été élevée comme un homme par son père car celui-ci voulait un héritier. Oscar aura alors à sa charge le commandement de la garde royale et devra ainsi protéger la toute jeune reine Marie Antoinette et la famille royale. De l'arrivée de Marie Antoinette jusqu'à la prise de la Bastille, Oscar connaîtra un formidable destin semé d'aventure, de complots et de drames...
Rien ne va plus à Versailles où les scandales s'accumulent. L'affaire du collier de la reine Marie-Antionette est révélateur du décalage qui se creuse entre la noblesse et le peuple. Celui-ci gronde et Oscar devra choisir son camp...

Critiques

De loin l'un des plus sublimes coffrets collector que j'ai vu...

Le taitement de packaging est tout simplement magnifique !

Les galeries de croquis compris dans le artbook exclusit de 160 pages est un véritableme bijou, une mine d'information sur les coulisses de la série.

Le livrets de 40 pages quand à lui donne des informations d'ordre plus général sur la genèse de cette série qui est devenue un grand classique de l'animation japonaise. 

"Lady Oscar" est le chef-d'oeuvre de Riyoko Ikeda, qui a su combiner romantisme à de nombreux drames parfois violents, le tout en nous contant l'histoire de notre pays. À travers la vie d'Oscar, on sent la colère du peuple qui monte, et petit à petit, le grondement de la Révolution Française. La réalisation de Tadao Nagahama et O. Dezaki est très réussie avec un chara-design du duo Araki/Himeno ("Saint Seiya") de grande qualité. Une histoire à la fois passionnante et instructive qui reste absolument inoubliable.

L'histoire est palpitante, l'ambiguité sexuelle est parfaitement incarnée, l'action synchronisée et tous ces nobles, Marie-Antoinette y compris, sont tous admirablement présentés comme de charmantes et belles ordures égocentriques et criminellement égoïstes! Belle rétrospective en perspective mais heureusement que tout ceci est fini! Non, franchement, c'est un bel hommage des plus vivants merveilleusement rendu encore une fois par les japonais...

1755, année de naissance de notre héroïne Oscar François de Jarjayes, de son premier amour Hans Axel de Fersen et de Marie-Antoinette, future reine de France. Trois personnalités bien différentes qui, au gré des années, vont voir leurs chemins se croiser maintes fois et marquer à jamais les gens qui les rencontreront.
Avec ses nobles origines, son étonnante chevelure blonde et ses yeux bleus mettant en valeur son angélique visage, la 6ème fille du Colonel de Jarjayes aurait pu avoir une vie remplie de bijoux, de soirées mondaines et de rendez-vous à la Cour de Versailles. Mais son père en décidant de l'appeler Oscar François et de l'élever comme le garçon qui prendrait la relève familiale au service des gardes de leurs Majestés de France, donna à son destin une toute autre tournure.
Nommée Capitaine de la Garde Royale à 14 ans, Oscar pénètre au sein de la Cour française et découvre que derrière les bonnes paroles, les fêtes et l'étiquette se cache un monde frivole où les courtisans cherchent par tous les moyens à assurer leur position sociale. Au fil des années, attachée plus spécifiquement au service de Marie-Antoinette, elle est un témoin privilégié de la vie et des choix plus ou moins judicieux que doit faire la jeune Reine. Mais bien qu'essayant de rester neutre dans les différents conflits qu'elle sécurise, face à la révolte du peuple accablé par les impôts et la famine, Oscar finit par laisser parler ses sentiments…

Les bonus du dvd:
 les doublages originaux des épisodes 32 et 39 qui avaient été redoublés (d'ailleurs les 2 doublages seront proposés).

 Interview d'Osamu Dezaki (réalisation de la 2nde moitié de la série).

 Galeries de croquis et d'images.

 Génériques karaoké.

 Un livret de 40 pages.

 Un artbook de 160 pages.

 Et 10 cartes collector
Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:13
Lady Oscar - Le Film
  TITRE ORIGINAL : Versailles no Bara : Seimei Aru Kagiri Aishite
  ANNÉE DE PRODUCTION : 1990
  STUDIO : [TMS]
  GENRES : [DRAME] [HISTORIQUE] [AMOUR & AMITIé]
  AUTEUR : [IKEDA RIYOKO]
  TYPE & DURÉE : 1 FILM 90 mins
Titres alternatifs
ベルサイユのばら 生命あるかぎり愛し
The Rose of Versailles : I'll Love You As Long As I Live

Staff de Lady Oscar - Le Film

IKEDA Riyoko Auteur/Créateur
Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:12
Lady Oscar
Lady Oscar   TITRE ORIGINAL : Versailles No Bara
  ANNÉES DE PRODUCTION : 1979 - 1980
  STUDIO : [TMS]
  GENRES : [DRAME] [HISTORIQUE] [AMOUR & AMITIé]
  AUTEUR : [IKEDA RIYOKO]
  VOLUMES, TYPE & DURÉE : 40 EPS 25 mins
Titre alternatif
ベルサイユのばら
Synopsis
L'histoire de Lady Oscar débute en 1755, dans le Royaume de France. Le Colonel de Jarjayes, très proche du Roi, attend son sixième enfant ou plutôt sa sixième fille. Cependant, l'enfant qui naît n'est finalement pas un garçon. Le Colonel refuse cette situation et refuse l'idée même d'avoir encore une fois une fille... Il décide donc de considérer cet enfant non comme une fille, mais bel et bien comme un garçon. Il le baptise ainsi Oscar François
Quelques années plus tard, en 1769, Oscar est une adolescente de 14 ans qui s'habille comme un jeune homme et manie parfaitement l'épée. Son père l'a en effet toujours destiné à devenir un grand responsable de la Garde Royale. L'occasion de le devenir arrive enfin : Oscar peut devenir Capitaine de la Garde Royale mais pour cela elle doit battre en duel un autre prétendant. Finalement, elle y parvient sans difficultés. Toutefois, sa victoire n'a pas été guidée par sa volonté de devenir Capitaine, elle semble plutôt avoir fait cela pour prouver qu'elle ne sait pas fuir devant les défis. Elle refuse de porter l'uniforme militaire. André, son plus fidèle serviteur veut l'aider à choisir sa voie : devenir une vraie femme (dire non) ou oublier à jamais sa féminité (accepter le poste). 
Critiques
Si l'auteur du manga original, Riyoko Ikeda, est un monument du genre, cette histoire-là est une pièce maîtresse de son oeuvre. Après avoir été un énorme succès de l'édition, Versailles no Bara fut adapté au théâtre en 1974 par la troupe exclusivement féminine Takarazuka pour plus de 600 représentations, mais aussi en série télé à la fin des années 70 qui connut par la suite une réédition en long-métrage. Le réalisateur français Jacques Demy en fit aussi un film, mais c'est une autre histoire. L'animé fut diffusé en France à Récré A2

Shoujo, mais aussi drame et roman historique, Lady Oscar explore une époque charnière de l'Histoire de France sans fioritures ni concessions et tout le monde en prend pour son grade. Si au début les choses sont présentées comme on s'y attend (méchants nobles profitant des faveurs du Roi qui opprime le pauvre peuple sans défense), les événements prennent peu à peu une apparence plus mitigée, moins manichéenne et, pour être honnête, particulièrement instructive pour ne pas dire passionnante : les véritables "connards" de l'Histoire, Robespierre en tête de liste, y sont montrés tels quels -à leur façon profiteurs d'une conjoncture particulière qui leur a permis de réaliser leur coup d'état et s'emparer ainsi du pouvoir- avec le même tarif pour les victimes, Louis XVI et Marie-Antoinette se trouvant parmi celles-là -pour la simple et bonne raison qu'on ne leur a jamais vraiment demandé leur avis, au moins au début, et que le système sclérosé de l'Ancien Régime ne leur laissait finalement que très peu de marge de manoeuvre, leur éducation psycho-rigide au sang bleu roi étant leur première "excuse". 

Le spectateur naïf et un peu bon enfant découvrira une Cour Royale faite de complots et de magouilles en tous genres tous plus mesquins les uns que les autres, où l'honneur de la noblesse n'est plus qu'un prétexte pour de viles joutes de prestige et d'apparat afin de tirer le plus de jus possible de la vache à lait que représente le pays affamé. Ce n'est pas franchement mieux du coté du peuple où les basses classes sociales font de leur mieux pour se rapprocher de cette Cour des Damnés afin d'en récolter le plus d'avantages possibles dans le plus total mépris de leur prochain, famille comprise. Dans ce décor affligeant de connerie humaine, se croiseront des personnages historiques et d'autres fictifs pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment les relations psychologiques et sentimentales tortueuses... 

De son coté, Oscar fait de son mieux pour rester un officier intègre et irréprochable. Mais ce n'est pas simple de devoir jouer au bonhomme quand on est une fille, et dans ces temps troublés où le prestige de la noblesse s'étiole davantage à chaque jour, elle a un sacré boulot ! Entre les complots de Madame Du Barry -maîtresse de Louis XV et par conséquent "Reine" de France de facto- ou ceux du Duc D'Orléans -cousin du Roi et donc héritier potentiel de la Couronne au cas où il arriverait malheur à l'Héritier- elle comprend rapidement qu'il y a quelque chose de pourri dans le Royaume de France : cette initiation douloureuse aux moeurs abâtardis de la Cour fera progressivement pencher son coeur vers le peuple dont est issu son fidèle ami d'enfance André, servant de la famille de Jarjeyes. Inutile de préciser de quel coté elle se trouvera pendant le crescendo final, vous avez compris ; la manière, par contre, apportera son lot de surprises et c'est là qu'on verra un dénouement très attendu mais malgré tout surprenant de la longue disposition des pièces sur l'échiquier durant les 40 épisodes de la série. 

Mais il n'y a pas que les luttes de pouvoir car l'amour tient une place prépondérante dans ce récit (bah oui, c'est écrit par une fille...) : que ce soit l'amour non-récompensé de Oscar pour le Comte Fesner de Suède dont l'affection, pourtant interdite, va à Marie-Antoinette qui n'a pas le droit de la lui rendre, ou bien les sentiments tout autant proscrits de André pour la fille de son maître, ce thème-clé de l'histoire est ici brillamment mis en scène. 

Staff de Lady Oscar

IKEDA Riyoko Auteur/Créateur
ARAKI Shingo Chara Designer
MAKAINO Kouji Compositeur
ARAKI Shingo Directeur Animation
MORIN Amélie Doubleur VF - Marie-Antoinette
DEZAKI Osamu [SAKI Makura] Réalisateur
NAGAHAMA Tadao [AOI Akira] Réalisateur

Les épisodes

1 - Le destin d'une rose (オスカル!バラの運命)

1755, Royaume de France. Naissance de François Oscar qui contre toutes les apparences est une fille. 1769, Oscar devient à 14 ans Capitaine de la Garde Royale.
2 - Danse, papillon d'Australie (舞え!オーストリアの蝶)

Pour éviter un autre conflit entre l'Autriche et la France, les deux camps décident de s'unir à travers le mariage de la jeune Marie-Antoinette et du fils du Roi de France. Le duc d'Orléans a l'intention de kidnapper la future reine, mais Oscar ne le laissera pas faire.
3 - Marie-Antoinette contre Madame Dubarry (ベルサイユに火花散る)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=3357a
Installée à Versailles, Marie-Antoinette apprend les règles de la Cour dont elle découvre qu'elle est désormais la plus haute dame. Au cours de sa première réception, elle fait honneur à Oscar en lui adressant la parole en premier Cependant,. elle est intriguée par une femme qui semble attendre qu'elle lui parle. Renseignements pris auprès des sœurs du Roi, elle découvre qu'il s'agit de la Comtesse Du Barry, une veuve d'origine roturière agissant à sa guise à Versailles du fait qu’elle est l'actuelle maîtresse de Louis XV. Marie-Antoinette, choquée par ces révélations, décide d'ignorer définitivement Mme Du Barry...
4 - Rose, vin et complot (バラと酒とたくらみと…)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=cdd60
Le temps passe et l'attitude de Marie-Antoinette envers la maîtresse du Roi est source de nombreux commérages à la Cour. Le Comte de Mercy, envoyé en France par l'Archiduchesse inquiète du devenir de sa jeune fille, essaye en vain de la raisonner. Oscar, indifférente au conflit opposant les deux femmes, doit néanmoins prendre position lorsque sa mère se retrouve prise à partie. Se rangeant finalement du côté de la dauphine, elle déclenche les foudres de la Comtesse Du Barry qui, humiliée, prévoit de se venger en s'en prenant à Mme de Jarjayes…
5 - Noblesse derrière les larmes (高貴さを涙にこめて…)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=b67d6
La Comtesse du Barry convainc Louis XV qu'en refusant de lui parler, c'est le pouvoir royal que Marie-Antoinette défie. Convoqué, le Comte de Mercy reçoit pour consigne de dénouer la situation à la prochaine parution publique. En juillet 1771, devant les conséquences que peuvent entraîner son obstination, la dauphine accepte de céder à la demande du roi mais pour une et une seule fois. Pendant ce temps, le Duc d'Orléans continue ses complots avec Mme du Barry en imaginant notamment l’élimination du dauphin au cours d'une partie de chasse…
6 - Robes de soie et haillons (絹のドレスとボロ服)

Juin 1773, Marie-Antoinette et Louis-Auguste obtiennent l'autorisation de visiter Paris. A cette annonce, le peuple est en liesse et descend dans les rues pour suivre le cortège royal. Toute à sa joie de faire enfin connaissance avec la capitale, la dauphine n'a pas conscience des dangers qui la guettent.
Parallèlement, dans les bas-quartiers, une jeune fille nommée Jeanne rejetant la misère de sa mère et la soumission de sa sœur Rosalie, rêve de richesse et de noblesse. Se présentant comme orpheline et dernière descendante des Valois, elle stoppe un attelage et parvient à émouvoir la Marquise de Boulainvilliers qui décide de la recueillir…
7 - Qui est l'auteur de la lettre ? (愛の手紙は誰の手で)

Le temps passant Marie-Antoinette se sent délaissée par Louis XVI qui semble lui préférer sa forgerie. Pourtant, ce dernier révèle à Oscar qu'il est éperdument amoureux mais que ne sachant pas comment agir, il préfère ne rien faire.
Le 30 janvier 1774, se rendant secrètement à un bal donné à l'Opéra, Marie-Antoinette y fait la connaissance d'un jeune Comte suédois, Hans Axel de Fersen. Les 2 jeunes gens tombent immédiatement sous le charme l'un de l'autre, une idylle qui donne aux détracteurs du royaume des opportunités qu'ils ne tardent pas à saisir…
8 - Oscar dans mon cœur (我が心のオスカル)

Suite à un mauvais rêve, André doute des liens qui l'unissent à Oscar, d'autant plus lorsque cette dernière le sermonne d'avoir dormi dans l'écurie.
Ayant vu la Comtesse du Barry faire du cheval, Marie-Antoinette souhaite à son tour apprendre à monter. Mais un peu trop enthousiaste, elle effraie sa monture qui échappe à Oscar et s'enfuie en traînant André. Les bons réflexes d'Oscar lui permettent de se porter au secours de la dauphine mais celle-ci est inconsciente. Furieux, le Roi fait arrêter André qui, jugé coupable de tentative de meurtre, est condamné à mort…
9 - Lever et coucher de soleil (日は沈み日は昇る)

27 avril 1774, alors qu'il part chasser, Louis XV est pris d'un malaise et tombe de cheval. Les nombreux spécialistes qui l'examinent, n'arrivent à aucun diagnostic jusqu'au moment où un serviteur remarque l'apparition de multiples boutons. Immédiatement, la suite royale est mise en quarantaine pour éviter au maximum que les autres occupants soient contaminés par la petite vérole. La Comtesse du Barry, comprenant que sa position à Versailles est sérieusement compromise, essaye en vain d’influencer Oscar pour que la dauphine change d’opinion à son sujet…
10 - Jeanne le joli démon (美しい悪魔ジャンヌ)

Le 11 juin 1775, le couronnement de Louis XVI et de Marie-Antoinette est acclamé par le peuple qui voit en cet événement le début d’une nouvelle ère. Un jeune page du nom de Maximilien de Robespierre prononce pour l’occasion un discours très remarqué. Les nouveaux souverains, conscients de la lourde tâche qui leur incombe, prient pour que leurs jeunes âges ne soient pas une entrave à sa réalisation.
Découvrant où demeure sa sœur, Rosalie se résigne à lui demander de l’aide pour soigner leur mère. Alors qu’elle fait croire à ses invités que Rosalie est une ancienne servante à qui elle va donner un peu d’argent, Jeanne la laisse seule avec son prétendant…
11 - Fersen retourne dans le Nord (フェルゼン北国に帰る)

S’entraînant à l’épée avec André, Oscar apprend de son père qu’elle vient d’être nommée Colonel à la tête de la Garde Royale. Cette attention qu’elle doit à Marie-Antoinette la touche beaucoup mais consciente de la pauvreté du royaume, Oscar refuse l’augmentation de sa solde et les présents de la Reine qu’elle trouve beaucoup trop généreuse. Les extravagances de Marie-Antoinette et ses apartés avec le Comte de Fersen ne passent d’ailleurs pas inaperçues. Ces écarts, s'ils étaient acceptés tant qu'elle était dauphine, commencent maintenant à créer une certaine polémique au sein du royaume. Oscar décide de parler à Fersen…
12 - Oscar le matin du duel (決闘の朝、オスカルは…?)

Marie-Antoinette compense le départ de Fersen par l’achat d’innombrables toilettes hors de prix. A la réception d’un tableau représentant sa fille, l’Archiduchesse Marie-Thérèse ne peut s’empêcher de s’inquiéter de la transformation quelque peu frivole survenue à sa cadette.
Au cours d’une soirée à Versailles, réagissant vivement aux propos du Duc de Guéméné, Oscar se retrouve prise dans un duel aux pistolets. Tandis qu’elle s’exerce au tir, André et Girodelle redoutent la malveillance du Duc…
13 - Réponds ! Vent d'Arras (アラスの風よ応えて)

Sur le chemin la menant à ses terres d’Arras, Oscar rencontre Maximilien de Robespierre qui prend partie des paysans contre la noblesse. La jeune femme se rend compte que ses soupçons sur la pauvreté du peuple sont plus que fondés. Même sur ses terres, la colère commence à monter et les reproches vont bon train envers les gens de la noblesse. Oscar découvre qu'alors que les frivolités et la générosité de la Reine envers les courtisans coûtent une fortune au Royaume, les paysans surchargés d’impôts ne peuvent soigner leurs malades et ont à peine de quoi se nourrir…
14 - Le secret de l'ange (天使の秘密)

Marie-Antoinette décide d’introduire à la Cour Mme de Polignac, une femme de petite noblesse dont la voix l'a charmé. Apitoyée par le manque de statut et d’argent de sa nouvelle amie, elle lui accorde au-delà de toute raison beaucoup… beaucoup trop de privilèges.
Oscar, de retour de ses terres, se fait réprimander par son père qui ne souhaite pas entendre les problèmes qu’elle a décelés. Pendant ce temps, la jeune Rosalie voit sa vie bouleversée quant un carrosse conduisant une inconnue renverse sa mère et repart sans remord pour Versailles...
15 - Une comtesse au casino (カジノの伯爵夫人)

Ayant repris ses fonctions, Oscar échappe de peu à la course folle du carrosse de Mme de Polignac. Mariée depuis plus de 5 ans et sans enfant, Marie-Antoinette a du mal à supporter les commérages qui envahissent la Cour. De ce fait, elle se laisse influencée par Mme de Polignac qui décide d’annoncer la venue d’un héritier. Cette nouvelle met le pays en liesse et les cadeaux et félicitations affluent de toutes parts. Cette situation s'avère difficile à vivre pour la Reine qui ne sait comment faire marche arrière. Et le fait de se laisser entraîner dans des jeux d’argent où elle perd de grosses sommes, n'est pas pour arranger les choses…
16 - Qui es-tu maman ? (母、その人の名は?)

Oscar entraîne durement Rosalie au combat et confie à André la mission de veiller sur la jeune fille. Afin de l’introduire à la Cour et de lui faire retrouver la femme responsable de la mort de sa mère, Oscar présente Rosalie comme une parente éloignée de sa mère. L'arrivée de la jeune fille suscite quelques jalousies, notamment de la part de Charlotte de Polignac qui n’est désormais plus au centre de tous les regards.
Parallèlement, Jeanne et Nicolas de La Motte profitent de l’apitoiement d’une sœur du Roi pour obtenir une solde plus importante et se hisser un peu plus dans la Société…
17 - Un moment de chance (今めぐり会いの時)

Instruisant Rosalie, Oscar s’étonne de sa facilité d’apprentissage. La jeune fille lui apprend alors qu’à sa mort, sa mère lui a révélé qu’elle l’avait adopté et que sa vraie mère, une noble, se prénommait Martine-Gabrielle. Invitée à Versailles par Marie-Antoinette, Rosalie est surprise de découvrir la grâce et la beauté de la Reine que le peuple dépeint comme un monstre. Cette journée s’annonce d’autant plus surprenante que Rosalie découvre que la responsable de la mort de sa mère n’est autre que la confidente de Marie-Antoinette, Mme de Polignac…
18 - Soudain comme Icare (突然イカルスのように)- Extrait

default.jpg Prise dans une embuscade, Oscar est blessée à l’épaule et ne doit vie sauve qu’à l’intervention inopinée de Fersen. Après 4 ans d’absence, le jeune suédois est de retour en France pour rencontrer la femme qu’il doit épouser. Cette nouvelle ébranle un peu Oscar mais surtout, peine au plus haut point Marie-Antoinette toujours aussi éprise de lui. Peu de temps après, déclinant une invitation théâtrale pour s’isoler, Fersen croise Marie-Antoinette. A l’abri de toute indiscrétion, les deux jeunes gens s’avouent enfin leur impossible amour…
19 - Au-revoir ma sœur (さよなら妹よ!)

Charlotte de Polignac est désespérée en découvrant que sa mère projette de lui faire épouser le duc de Guiche, un vieil homme fortuné alors qu’elle n’a pas 12 ans et que son cœur bat pour Oscar. Pendant ce temps, André annonce à Oscar qu’il a découvert l’identité de Martine-Gabrielle qui se révèle être le prénom de Mme de Polignac. Entendant cet aveu, Rosalie décide que le temps de la vengeance est venu. Mais malgré son entraînement, face à sa rivale, elle ne peut se résoudre à tirer et se réfugie dans les bras d’Oscar…
20 - L'adieu de Fersen à Rondeau (フェルゼン名残の輪舞)

Les ragots commençant à se répandre sur les rendez-vous secrets de Marie-Antoinette et de Fersen. Dans les intimes confidences de la Reine, Oscar est chargée d’être son messager auprès du jeune homme et d’annuler leur prochaine rencontre. Mais la chose n’est pas si aisée pour le Colonel de la Garde Royale dont le cœur n’est pas insensible au charme du gentilhomme suédois. Heureusement, bien qu’amer de cette constatation, André toujours fidèle à son poste veille. Il incite ainsi Oscar à revêtir son plus bel uniforme et à se rendre à une soirée à Versailles…
21 - L'éclosion des roses noires (黒ばらは夜ひらく)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=fff1c
Août 1781, le cardinal de Rohan est prêt à payer une fortune pour assouvir son désir de rencontrer Marie-Antoinette. La comtesse Jeanne de La Motte, toujours prête à saisir toute opportunité de richesse, lui annonce que c’est chose aisée si on s’adresse au bon endroit. Peu après, elle va à la rencontre d’Oscar qui galope sur ses terres en compagnie d’André et de Rosalie. Jeanne lui indique que son mari travaille sous ses ordres dans la Garde Royale et tente de lui offrir deux cruches de pièces d’or. Mais Oscar refuse et rentre chez elle. De retour à Paris, Jeanne annonce au cardinal que tout se passe au mieux…
22 - Le collier au sinistre éclat (首飾り不吉な輝き)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=0b9b5
Le joaillier Boehmer propose à Marie-Antoinette d’acquérir un fabuleux collier de diamants provenant d’une commande spéciale initialement passée par Louis XV pour la Comtesse du Barry. Bien qu’éblouie, la Reine au vue du prix exorbitant du bijou, refuse son achat. Avec la venue au monde de ces 2 premiers enfants, Marie-Thérèse Charlotte et le dauphin Louis-Joseph, Marie-Antoinette oublie bien vite cette histoire et lassée de la Cour, décide de s’installer au Petit Trianon. De son côté, Jeanne fait main basse sur le collier en faisant croire au joaillier et au cardinal de Rohan qu’elle agit au nom de la Reine…
23 - Sois fort et astucieux (ずる賢くてたくましく)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=3d930
Avec la venue à Versailles de Boehmer qui réclame à la Reine le paiement de la seconde échéance pour l’achat du collier, l’affaire éclate au grand jour. Le 15 août 1785, le cardinal de Rohan est mis aux arrêts, suivi peu après par Jeanne. Apprenant que cette dernière est la demi-sœur de Rosalie, Oscar accepte de lui porter la bague de leur mère.
Mai 1786, suivant le désir de leurs majestés, le procès s’ouvre en audience publique. D’office, Jeanne reconnaît sa culpabilité mais elle accuse Marie-Antoinette d’être le commanditaire de ses gestes et au passage, évoque certaines correspondances et relations peu respectables de la Reine. La salle d’audience réagit vivement à ces propos…
24 - Adieu printemps de la vie (アデュウ、わたしの青春)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=1f943
Fouettée et marquée au fer rouge, Jeanne reste vindicative et rêve de vengeance. Très rapidement, grâce à un mystérieux inconnu, elle s’évade de la Salpetrière. Peu après, la publication de ses mémoires fait jaser tout le peuple pour qui il est évident que la Reine a organisé cette évasion. Pendant ce temps, Mme de Polignac essaye en vain de renouer avec Rosalie. Mais devant la menace de voir Oscar compromise une nouvelle fois, Rosalie finit par céder. En partant de la demeure des Jarjayes, elle laisse à Oscar une lettre que Jeanne lui a envoyée et où cette dernière révèle l’adresse de sa cachette…
25 - Un menuet d'amour (かた恋のメヌエット)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=dbb41
Après de longues années d’absence, le Comte Axel de Fersen est de retour en France et annonce à Oscar qu’il n’est plus amoureux de la Reine. Découvrant que la révolte gronde au sein du peuple français, il décide d’aller voir Marie-Antoinette pour la mettre en garde. La suppliant d’accomplir son devoir de Reine en regagnant Versailles et en éloignant Mme de Polignac, il s’aperçoit que finalement, le temps est bien loin d’avoir effacé ses sentiments. Oscar, quant à elle, toujours éprise du jeune homme, décide d’assister au prochain bal vêtue d’une sublime robe blanche…
26 - Je veux rencontrer le chevalier noir (黒い騎士に会いたい!)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=ceb2b
La noblesse est inquiète, un mystérieux chevalier noir dérobe ses richesses pour les redistribuer aux pauvres. Oscar qui craint qu'André soit impliqué dans cette affaire, décide de la résoudre et pour cela, assiste à tous les bals de la région. Un soir, alors que son compagnon est en retard, Oscar voit le Masque Noir et décide de le poursuivre. Mais près du Palais-Royal, elle se fait attaquer et est blessée à la tête. Heureusement, elle trouve refuge chez Rosalie qui la soigne et lui raconte qu'elle s'est enfuie de chez Mme de Polignac qui souhaitait la marier de force au duc de Guiche. De retour chez elle
27 - Même si je perds la vue (たとえ光を失うとも…)

ThumbnailServer2?app=vss&contentid=fb057

Profitant qu'Oscar se porte au secours d'André, le Masque Noir s'enfuit. Peu après, il poursuit ses méfaits en plein jour en attaquant avec ses hommes un convoi du Roi, s'emparant ainsi d'un chargement d'armes et de munitions. Décidée à éclaircir définitivement cette histoire, Oscar se rend chez le duc d'Orléans pour en savoir un peu plus. Tombant dans un piège, elle se retrouve prisonnière du Masque Noir qui souhaite obtenir une rançon contre sa libération. Inquiet de l'absence prolongée de son amie, André décide d'ignorer les conseils du médecin et part à sa recherche…
28 - André citron vert (アンドレ青いレモン)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=825bb
Tandis qu'André découvre avec effroi que son œil valide faiblit, le dauphin Louis-Joseph est fiévreux.
Venu voir Oscar, Fersen a la confirmation que la jeune femme est bien la belle inconnue avec qui il a dansé un mois plutôt. Celle-ci finit d'ailleurs par lui avouer son impossible amour et de ce fait, lui demande de ne plus jamais venir la voir. André conscient de la situation et toujours aussi amoureux, part se saouler dans une taverne où il fait connaissance d'Alain, un soldat des Gardes-Françaises. De retour chez les Jarjayes, il apprend qu'Oscar a demandé à quitter le service de la Reine…
29 - Une poupée qui lui marche sur les pieds (歩き始めた人形)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=bf590
A sa demande, Oscar se voit attribuée un poste dans une garnison parisienne. Le Général de Jarjayes, atterré par l'attitude de sa fille, demande des explications à André mais n'obtient pas de réponse. Suite à sa dernière revue des troupes royales, Oscar décide de se retirer quelques jours sur ses terres. Pendant cette absence, André en profite pour se faire engager dans les Gardes-Françaises où Alain le met en garde contre sa relation avec la noblesse. Peu après, apprenant qu'Oscar est une femme, Alain et ses hommes décident de refuser son autorité et ne se présentent pas au rassemblement quotidien. Loin de s'en plaindre, Oscar les défie dans un combat individuel…
30 - Tu es la lumière, je suis l'ombre (おまえは光・俺は影)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=d91d0
A la surprise de tous, le Comte de Girodelle vient demander la main d'Oscar au Général de Jarjayes. Celui-ci qui ne semble pas contre cette idée, prend à partie sa fille et tout en s'excusant de la vie qu'il lui a imposée, lui suggère de reprendre son rôle de femme et de trouver un fiancé. Oscar est quelque peu interloquée par ce revirement.
Pendant ce temps, en dépit de l'opposition de Robespierre, Saint-Just assassine bon nombre de nobles, créant ainsi un climat tendu dans les bas-quartiers. Agressé par les hommes de sa section qui le suspectent d'être un espion à la solde d'Oscar, André est secouru par Alain...
31 - La floraison des lilas dans les casernes (兵営に咲くリラの花)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=d8856
L'agitation et la montée de la violence à Paris sont propices aux agissements de Saint-Just. En cette époque troublée, la venue hebdomadaire à la caserne de Diane, la jolie et jeune sœur d'Alain, est accueillie comme un rayon de soleil qu'aucun soldat ne veut manquer. C'est alors que Bouillé charge Oscar et ses hommes de protéger le Prince Carlos d'Espagne et sa famille en visite en France. Des traîtres ayant infiltré les rangs de l'armée, la mission ne se révèle pas si facile et seule l'intervention in extremis d'Alain et André sauve Oscar d'une fâcheuse situation…
32 - Prélude à la tempête (嵐のプレリュード)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=b98bc
En dénonçant un de ses hommes qui a vendu son mousquet, Oscar se met à dos Alain. Après un combat acharné à l'épée, ce dernier avoue à Oscar qu'en ces temps de crise où les prix flambent, il n'est pas aisé de faire vivre sa famille avec sa seule solde de soldat. Comprenant la situation, Oscar intercède en faveur de son homme qui regagne peu après la caserne. Partis en carrosse pour remercier Bouillé de son appui, Oscar et André sont pris à partie par des parisiens furieux. Sauvée par Fersen, Oscar lui demande où est "son" André. Le jeune suédois comprend alors l'attachement de son amie pour le jeune homme et quitte à servir de gibier, met tout en œuvre pour le sauver…
33 - Une cloche sonne au crépuscule (たそがれに弔鐘は鳴る)

ThumbnailServer2?app=vss&contentid=aaf4d

Hiver 1788, la disette fait rage et le prix du pain ne cesse d'augmenter. En écoutant un discours dans les rues parisiennes, André reconnaît Bernard et prend contact avec lui. Ce dernier lui apprend alors qu'il a épousé Rosalie et l'incite à rejoindre le mouvement du Tiers-Etat. André qui n'est pas d'accord avec le fait de mettre tous les nobles dans le même panier refuse la proposition. Tandis que les Etats-Généraux se préparent, la Reine réfugiée avec le dauphin à Marly, fait mander Oscar. Louis-Joseph est au plus mal et souhaite passer quelques moments avec l'ancien Colonel de la Garde Royale…
34 - Serment sur court (今〃テニスコートの誓い〃)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=1ebbd
Les réunions entre les Ordres ne se passent pas au mieux et l'annonce de la fermeture de l'Assemblée au Tiers-Etat n'est pas pour arranger les choses. Mais loin de faire renoncer ses partisans, cette action ne fait que renforcer leur détermination qui se concrétise avec le Serment du Jeu de Paume.
Le 23 juin 1789 alors que le Roi va s'adresser aux 3 Ordres, entrent à l'Assemblée par priorité les nobles et le Clergé.
Sur les ordres d'Oscar, les soldats font sauter les chaînes qui bloquent les portes annexes de la salle, permettant ainsi l'entrée des représentants du Tiers-Etat avant que la foule mécontente passe à l'action. Rappelée avec ses hommes à la caserne, Oscar est mise aux arrêts pour désobéissance…
35 - Oscar va quitter ses jupons (オスカル、今、巣離れの時)- Extrait
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=7c95a
S'échappant avec André et en s'opposant à la Garde Royale qui bloque de nouveau les portes de l'Assemblée, Oscar se retrouve face à Girodelle. Celui-ci, toujours amoureux, ne peut se résigner à donner l'ordre de tirer et de ce fait, laisse entrer le Tiers-Etat. Suite à cette intervention, le Général de Jarjayes convoque Oscar dans le but de la tuer mais André intervient en révélant ses sentiments. L'arrivée d'un messager apportant une grâce de Marie-Antoinette apaise la situation. Apprenant que ses hommes, emprisonnés à l'abbaye, vont être exécutés sans procès, Oscar demande à Bernard de provoquer un rassemblement. De son côté, Saint-Just tente de profiter de l'occasion pour se débarrasser définitivement de la jeune femme…
36 - Le mot de passe est au-revoir (合言葉は〃サヨナラ〃)
ThumbnailServer2?app=vss&contentid=885c0
De retour de Versailles où elle a appris que le Roi fait venir sur Paris toutes les troupes possibles, Oscar décide de faire peindre son portrait. André sent bien que quelque chose ne va pas chez la jeune femme mais celle-ci préfère passer sous silence sa maladie. 
Necker, directeur général des finances soutenu par Robespierre, souhaite le retrait des troupes afin d'apaiser la foule mais les nobles s'y opposent de peur de perdre leurs privilèges. Sous la pression de Marie-Antoinette, Necker
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Yohan DRIAN consacré à tout ses mangas préférés...
  • : Mon blog consacré à SAINT SEIYA beugant en permanence, j'ai fini par me dire "je change de blog" et pour la peine, j'ai donc décidé de crée un blog sur plusieurs séries, c'est plus sympa et ça donne plus de sujets de conversation... J'ai depuis reconfiguré mon premier blog sur SAINT SEIYA avant de le supprimer et créé le site Planète Manga Néo
  • Contact

Profil

  • Yohan DRIAN alias ShiriuSan

My videowall

Mes sites culture japonaise

le blog
le site

Archives